Get the best of Equestrio delivered to your inbox

Secure and Spam free...
  • LMP2016-Salim-©RBpresse-J.Rodrigues-33
  • LMP2016-Salim-©RBpresse-J.Rodrigues-35
  • LMP2016-Salim-©RBpresse-J.Rodrigues-45

Salim Ejnaini interview

  |   , ,

 

Text by Heather Buchanan – Photos by Jessica Rodrigues 

French version below

When did you first get involved with riding?

 I started riding at the age of 12 after spending a year looking for a riding club that would agree for me ride. So I began to climb in January 2004 in the Paris region in private lessons, then in September in group classes in the Paris region where I lived at the time. I moved in 2006 in the southwest where I met Tiffany.

How does your trainer Tiffany work with you?

Tiffany first was my instructor before becoming a coach. When I started growing with her, I was not yet practicing the CSO competition. It was she who prepared me and accompanied me to my first competition at the Bordeaux Jumping in 2008. At the time, she was guiding me as she was also on horseback and leading in front of me on the course, which is the most common method for a blind rider to follow a riding course. Progressively, we worked differently and decided to get as close as possible to the conditions under which any other rider rode a juming course. Today, she guides me with her voice while staying on the ground, and is helped by people located on each jump that serves as a fixed landmark to locate the next jump, as we did at the Longines Masters in Paris.

For most of us the thought of jumping that course is very frightening let alone without sight.  How do you navigate the course?

 I think that unfortunately this feeling is quite shared, including by the vast majority of blind riders. There are very few of us competing in CSO in France and abroad. By dint of learning like other riders, and with the confidence of Tiffany and the other teachers I met, the idea of jumping fences does not frighten me, quite the contrary. To follow a course, I work with all the other senses I have. I listen to both where the callers are to point me to the next jump, and the direction instructions Tiffany gives me to manage my curves, I feel the stride and tension of my horse in my pelvis, mback and my hands to know what rhythm and what direction to give him, and at the same time I learn to feel the initiatives he wants to take, his tendency to accelerate a little when he sees the jump. He makes the decision to stop or avoid something that is in his way, for example.

Can you explain about your relationship with your horse Rapsody?

Rapsody is the second horse with whom I have built a relationship of trust and dialogue, after Ivoire, my first competition horse. Ivoire was a Fjord type pony, and taught me the basics of jumping. He wasn’t very expensive, but he had a lot of generosity. When he retired, I wanted to find a horse I could trust but with more means to evolve in terms of level, that’s what I found with Rapsody. I have the impression that he knows me by heart, as far as I know him today. He is able to anticipate my requests, and he often finds the balance between listening absolutely and taking the initiative when necessary. He had never worked with a blind rider before me, and I had never had to deal with a horse of his quality. So we had to get to know each other at the same time, and I think this has forged our relationship. I totally trust him, and I think he has learned to trust me too, when I see what he is giving me today. But what I like very much is that in the days when he does not want to do something, he also lets me know. He knows me very well, both to please me and to get bored, and he does not spare me my mistakes. It is also because of this that I can progress.

How has Guillaume Canet helped you?

 Guillaume was a wonderful meeting for me. The first time I saw him goes back to 2012, and my way of working did not look like the one I’m applying today. He saw me ride with Ivoire, guided by Tiffany on another horse. I immediately felt motivated, and I think we got along on the sporting side because we share the same passion for horses and performance. We had promised to work one day together, but without really knowing how. I spoke to him naturally of my search for a new horse when I was bringing Ivoire to retirement, and he helped me to communicate on this project, which allowed me among other things to find Rapsody. But he had a real love for my project to pursue show jumping without a horse guide, and wanted to present this project to Christophe Ameeuw, who was also very interested. Both of them wanted to help me in my preparation for the challenge that I embarked on for the Longines Masters in Paris, namely to follow the course of a classical event, which at a 5*even.. At the event, Guillaume was even one of the callers on jumps along the three courses I rode. I think we both realized on this occasion that we could go further than we imagined before. He helped me a lot, it is true, but it is above all a real connection with his state of mind and his philosophy of life.

What is your biggest fear and what is your biggest dream?

My only fear is that something happens to my horse, so I take it very carefully. As for my biggest dream, it would be to achieve a higher level in jumping, not necessarily specialized for people with disabilities. Before the first Paralympic Games in 1960, disabled athletes took part in the regular Olympics and were judged on the outcome and were not separated from the others because of their disability. In 1904, an American gymnast even won six medals in the same day, while he had a wooden leg. I find today that there are too few opportunities to follow this example. If I am blind, I do not think about it every day, whereas a day does not happen without my thinking about my horse. What interests me is to aim for performance in the sport that is mine, jumping, regardless of handicap.

Where can we see you next?

 First of all I am aiming at regional championships at the amateur level, on heights of 1m / 1.5m, and I hope this year end to be able to participate in an international competition at this level, to see a higher level if possible and the opportunity to work with a second horse that would have more means than Rapsody. Moreover, I also hope to be able to present other demonstrations such as that of the Longines Masters in Paris, in France or abroad, if the opportunity arises. I think it is important for everyone to know that it is possible.

LMP2016 Salim ©RBpresse-J.Rodrigues-16

 

*** version française ***

Quand avez-vous commencé à monter à cheval ?

J’ai commencé à monter à cheval à l’âge de 12 ans après avoir passé un an à chercher un club d’équitation qui accepte de me faire monter à cheval. J’ai donc commencé à monter en janvier 2004 en région parisienne en cours particulier, puis en septembre en cours collectifs en région parisienne où j’habitais à l’époque. J’ai déménagé en 2006 dans le sud-ouest où j’ai rencontré Tiffany.

Comment travaillez-vous avec Tiffany ?

Tiffany a d’abord été ma monitrice avant de devenir ma coach. Quand j’ai commencé à monter avec elle, je ne pratiquais pas encore la compétition de saut d’obstacles. C’est elle qui m’a préparé et m’a accompagné à ma première compétition au Jumping de Bordeaux, en 2008. À l’époque, elle me guidait en étant elle aussi à cheval et en enchainant le parcours devant moi, ce qui est la méthode la plus répandue pour un cavalier aveugle. Progressivement, nous avons travaillé différemment et décidé de nous rapprocher le plus possible des conditions dans lesquelles n’importe quel autre cavalier enchaine un parcours d’obstacle. Aujourd’hui, elle me guide à la voix en restant au sol, et est aidée par des personnes situées à chaque obstacle. Ils me servent de repère fixe pour situer le saut suivant, comme nous l’avons fait au Longines Masters de Paris. 

Pour la plupart d’entres nous, imaginer faire un parcours sans l’aide de la vue nous paraît effrayant. Comment évoluez-vous sur un parcours ?

Je pense que malheureusement ce sentiment est assez partagé, y compris par la grande majorité des cavaliers aveugles. Nous sommes très peu nombreux à concourir en CSO en France et à l’étranger. À force d’apprendre comme les autres cavaliers, et avec la pédagogie de Tiffany et des autres enseignants que j’ai croisé, l’idée de sauter des obstacles ne me fait pas peur, bien au contraire. Pour enchaîner un parcours, je travaille avec tous les autres sens dont je dispose. J’écoute à la fois où se situent les « callers » pour me diriger sur l’obstacle suivant, et les instructions de direction que me donnent Tiffany afin de gérer mes courbes. Je ressens la foulée et la tension de mon cheval dans mon bassin, mon dos et mes mains pour savoir quel rythme et quelle activité lui donner, en même temps, j’apprends à ressentir les initiatives qu’il veut prendre, sa tendance à accélérer un peu lorsqu’il a vu l’obstacle, ou lorsqu’il prend la décision de s’arrêter ou d’éviter quelque chose qui est sur son chemin, par exemple. 

Pouvez-vous décrire cette relation avec Rapsody ?

Rapsody est le deuxième cheval avec qui j’ai noué une véritable relation de confiance et de dialogue, après Ivoire, mon premier cheval de compétition. Ivoire était un poney type Fjord, et m’a appris les bases du saut d’obstacles. Il n’avait pas beaucoup de moyens, mais avait beaucoup de générosité. Lorsque je l’ai mis à la retraite, j’ai souhaité retrouver un cheval en qui je puisse avoir confiance mais avec davantage de moyens pour évoluer en terme de niveau, c’est ce que j’ai trouvé avec Rapsody. J’ai l’impression qu’il me connait par coeur, autant que je le connais moi-même aujourd’hui. Il arrive à anticiper mes demandes, et il trouve souvent le juste milieu entre l’écoute absolue et la prise d’initiative quand il le faut. Il n’avait jamais travaillé avec un cavalier aveugle avant moi, et je n’avais jamais eu à m’ocuper d’un cheval de sa qualité. Nous avons donc dû apprendre à nous connaitre en même temps, et je pense que cela a forgé notre relation. Je lui fais totalement confiance, et je pense qu’il a appris à me faire confiance aussi, quand je vois ce qu’il me donne aujourd’hui. Mais ce que j’aime beaucoup c’est que dans les jours où il n’a pas envie, il me le fait aussi savoir. Il me connait très bien, autant pour me faire plaisir que pour m’ennuyer, et il ne m’épargne pas mes erreurs. C’est aussi grâce à ça que je peux progresser. 

Dans quelle mesure Guillaume Canet vous a-t’il aidé ?

Guillaume est une merveilleuse rencontre pour moi. La première fois que je l’ai vu remonte à 2012, et ma façon de travailler ne ressemblait pas à celle que j’applique aujourd’hui. Il m’a vu monter avec Ivoire, guidé par Tiffany sur un autre cheval. J’ai immédiatement ressenti sa motivation, et je crois que nous nous sommes entendu sur le plan sportif parce que nous partageons la même passion pour les chevaux et la performance. Nous nous étions promis de travailler un jour ensemble, mais sans vraiment savoir comment. Je lui ai parlé tout naturellement de ma recherche d’un nouveau cheval en mettant Ivoire à la retraite, et il m’a aidé à communiquer sur ce projet, ce qui m’a permis, entre autres choses, de trouver Rapsody. Il a eu un vrai coup de coeur pour mon projet d’enchaîner des parcours d’obstacle sans cheval guide, et a tenu à présenter ce projet à Christophe Ameeuw, qui s’est lui aussi montré très intéressé. Tous les deux ont tenu à m’aider dans ma préparation au défi que je me suis lancé pour le Longines Masters de Paris, à savoir enchaîner le tracé d’une épreuve classique, ce qui s’est finalement fait sur celui d’une épreuve 5*. Sur l’événement, Guillaume a même été l’un des callers sur des obstacles au long des trois parcours que j’ai enchaîné. Je crois que nous avons tous les deux réalisé à cette occasion qu’il était possible d’aller plus loin que nous ne l’imaginions avant cela. Il m’a beaucoup aidé, c’est vrai, mais c’est surtout une véritable connexion, très forte, et j’ai eu un coup de coeur pour son état d’esprit et sa philosophie de vie.

Quelle est votre plus grande peur et votre plus grand rêve ?

Ma seule peur est qu’il arrive malheur à mon cheval, voilà pourquoi je m’en occupe si soigneusement, je l’aime vraiment beaucoup. Pour ce qui est de mon plus grand rêve, ce serait d’atteindre un plus haut niveau en saut d’obstacles, pas forcément spécialisé pour les personnes handicapées. Avant les premiers Jeux paralympiques de 1960, les sportifs handicapés prenaient part aux Jeux olympiques ordinaires, et étaient jugés d’après le résultat, et n’étaient pas séparés des autres à cause de leur handicap. En 1904, un gymnaste américain a même remporté six médailles dans la même journée, alors qu’il avait une jambe de bois. Je trouve qu’aujourd’hui, il y a trop peu d’occasions de suivre cet exemple. Si je suis aveugle, je n’y pense pas tous les jours, alors qu’il ne se passe pas une journée sans que je pense à mon cheval. Ce qui m’intéresse est de viser la performance dans le sport qui est le mien, le saut d’obstacles, qu’importe le handicap. 

Quels sont vos prochains objectifs ?

Dans un premier temps je vise les championnats régionaux au niveau amateur, sur des hauteurs de 1 mètre ou 1,5 mètre, et j’espère pouvoir participer à une compétition internationale à ce niveau en fin d’année, voir à un niveau supérieur si j’ai l’occasion de travailler avec un second cheval qui aurait plus de moyens que Rapsody. Par ailleurs j’espère aussi pouvoir faire d’autres démonstrations comme celle du Longines Masters de Paris, en France ou à l’étranger, si l’occasion se présente. Je pense qu’il est important que chacun sache que c’est possible.